Vous êtes ici : GREP Association » Qui sommes-nous ? » Présentation du GREP

Présentation du GREP

Un peu d’histoire…

Las de constater que les condamnations avec obligations de travail ne pouvaient réellement aboutir, faute d’employeurs disponibles ou motivés, magistrats et travailleurs sociaux des services de la justice ont décidé, en 1985, de créer une association dont l’objectif serait de sensibiliser des employeurs et de les mobiliser sur la cause des probationnaires.

Ils venaient de créer le GREP.

 AUJOURD’HUI,

Les chefs d’entreprises étant des citoyens à part entière, un réseau « d’entreprises partenaires » s’est constitué et renouvelé pour permettre aux personnes sortant de prison ou en liberté conditionnelle d’accéder à l’emploi.

De Bourg en Bresse à Saint Etienne, en passant par Lyon, 15 personnes, dont 8 conseillers en insertion professionnelle (CIP) accueillent, accompagnent, conseillent, orientent les Personnes Placées Sous Main de Justice (PPSMJ).

Ces actions s’organisent à partir de contacts réguliers les salariés du GREP avec le personnel et les détenus des établissements pénitentiaires de Lyon-Corbas, Villefranche/Saône (69), St Etienne la Talaudière, Roanne (42), Bourg en Bresse (01) Saint Quentin Fallavier (38) et les personnes sous main de justice de ces territoires.

Sans angélisme, l’objectif permanent des CIP du GREP est de permettre à ces personnes, décidées à tourner la page d’un passé chaotique, de faire valoir leurs compétences, de montrer leur détermination à occuper un emploi pour envisager un retour à une vie autonome et sereine.

Au fil des années, les résultats ont renforcé la confiance des entreprises pour accueillir des PPSMJ, et des institutions publiques pour financer des actions menées par le GREP.

50% d’entre elles accèdent à l’emploi directement, en CDD, en CDI, par le biais d’une formation ou en passant par GREP Intérim. (Voir R.A. des dernières années)

À travers ses liens avec 120 entreprises, le GREP œuvre pour la lutte contre la récidive et la délinquance dans l’esprit de l’intérêt général. En répondant aux appels à projets lancés par les collectivités territoriales et les services de l’Etat et en coopération avec d’autres opérateurs pour l’emploi, il contribue à la lutte contre les exclusions.