Présentation du GREP

Un peu d’histoire…

Las de constater que les condamnations avec obligations de travail ne pouvaient réellement aboutir, faute d’employeurs disponibles ou motivés, magistrats et travailleurs sociaux des services de la justice ont décidé, en 1985, de créer une association dont l’objectif serait de sensibiliser des employeurs et de les mobiliser sur la cause des probationnaires.

Ils venaient de créer le GREP.

 AUJOURD’HUI,

Les chefs d’entreprises étant des citoyens à part entière, un réseau « d’entreprises partenaires » s’est constitué et renouvelé pour permettre aux personnes sortant de prison ou en liberté conditionnelle d’accéder à l’emploi.

30 ANS

Invit 30 ans

Prochainement sur cette page 

Par ici l’Atelier…

L’implication de bénévoles, cadres et  chefs d’entreprises permet à des personnes accueillies au GREP de voir l’entreprise autrement.

A partir de la rédaction d’un CV des échanges s’établissent et les regards sur les règles de l’entreprise, le recrutement, la hiérarchie changent.

Des idées reçues évoluent, des à priori s’atténuent …

Un bilan de ces ateliers en 2015 encouragent tant les bénévoles que les participants à développer et améliorer ces rencontres.

 

Présentation

Ateliers 2015

 

 

 

 

Vous avez dit 2 RE ?

« Réussir son Retour à l’Emploi » 2R

 

Les deux objectifs sont recherchés dans ce projet proposé par l’administration Pénitentiaire.

  • Prendre en charge des bénéficiaires d’un aménagement de peines, des PSSE (placement sous surveillance électronique) ou LC (liberté conditionnelle.)
  • dynamiser, surtout, le parcours professionnel des condamnés.

 

 

Pour cela il nous faut :

  • Recevoir, les candidats orientés par le SPIP et le CSL (Centre de Semi Liberté)
  • Poser un Diagnostic partagé avec le candidat

Si ce dernier correspond à un des 3 profils définis par l’action 2RE,

  • il lui est proposé un autre RDV et mis en place du contrat d’engagement signé par les 2 parties.

Cette action doit être élargie au milieu fermé.

3 profils sont retenus :

Profil 1 : Le candidat n’a pas d’idée sur projet ou objectif prof. S’interroge et a besoin de soutien Public souvent jeunes ou adultes en reconversion prof.

Profil 2 : Le candidat a un objectif pro défini, clair, mais souhaite être accompagné pour la mise en œuvre de la vérification de son projet

Profil 3 : Le candidat recherche un soutien, pour accéder à un emploi direct. Pour cela , définition d’un stratégie de RE avec les outils (simulation entretien, CV cible, positionnement sur offres, utilisation du réseau GREP et autres…

offres, utilisation du réseau GREP et autres…

 Sans titre

 

 

Un Atelier vu de l’intérieur…

Qu’est-ce que les ateliers du GREP ?

Il s’agit tout d’abord d’une poignée de volontaires, enfin, une grosse poignée désormais, le projet ayant fait des émules, issus du monde de l’industrie ou du service (responsables, formateur, membres de services ressources humaines, …), tous animés par une même idée, la réinsertion par le travail.

Ce sont aussi des probationnaires, qui se disent à l’origine qu’il s’agit encore d’une énième préparation aux entretiens et aux codes de l’entreprise, eux qui ont déjà des difficultés à obtenir un entretien… En réalité, il s’agit d’un groupe de travail, au sein duquel il est possible d’échanger sans compromis ni langue de bois, notamment sur l’importante question de savoir comment présenter leur parcours, que ce soit sur leur CV ou en entretien…

Les candidats peuvent aussi jouer le rôle du recruteur, ce qui leur permet parfois de mieux comprendre les attentes des entreprises et le fait qu’ils les connaissent souvent déjà, éventuellement sans le laisser suffisamment transparaître…

Et finalement, ce sont des candidats qui se surprennent à vouloir poursuivre les échanges après l’horaire prévu, et des volontaires qui se trouvent davantage enrichis qu’ils n’ont l’impression de donner…

En bref, si je devais résumer ce que sont les ateliers :

Un partage gagnant-gagnant.

« Ordinaire » et aussi conviviale l’AG 2016

 

L’AG Annuelle du GREP s’est tenue au TGI, siège social de l’association, le 02/06/2016.

En ouvrant l’assemblée, François Lapierre, président a rappelé que cette année le GREP va fêter ses 30 ans et les 10 ans des 2 antennes dans l’Ain et de la Loire.

Ce sera l’occasion, pour le préfet de Région, le 19 octobre prochain, de distinguer le Mérite de Yves Roméas, président du GREP jusqu’en 2015.

 

Cette année a été marquée par le changement de statut juridique. La création de la S.A.S Grep Intérim, et la dissolution en décembre 2015 de Grep, ETTI (créé en 1989) doivent permettre plus de souplesse dans la gestion des projets et des finances.

GREP Intérim est désormais intégré au sein de GREP.

Elle a également été marquée par le décès brutal de Danielle Bozoyan, salariée 10 années de l’association.

Prisons: perspectives Portes ouvertes

Derrière les grilles

La contrainte pénale et autres durcis de mise à l’épreuve, autant de dispositifs qui prévoient de laisser en « liberté surveillée » des condamnées qui auraient pu grossir les effectifs des maisons d’arrêt déjà surpeuplées.

http://www.lepoint.fr/societe/derriere-les-grilles-la-prison-veut-ouvrir-des-portes-16-10-2015-1974163_23.php

Le GREP et Pôle Emploi

Dans les départements ou le GREP est présent sa coopération avec Pôle Emploi se concrétise par le suivi que les condamnés apprécient…

Relations GREP/ Pôle Emploi http://www.lamontagne.fr/accueil/video/2015/10/16/derriere-les-grilles-la-prison-veut-ouvrir-des-portes_94562435078001.html

 

Le GREP Change… de Président

Lors de l’A.G. du 10 juin dernier, Yves Roméas avait annoncé que ce serait sont dernier mandat.

Après avoir remercié Yves Roméas pour son apport et sa disponibilité durant les 9 années comme administrateur puis président, le Conseil d’administration du 24 juin a donc élu à l’unanimité, François Lapierre (président de GREP Intérim jusqu’au 31/12/2015) à la présidence du GREP. En lien étroit avec le commissaire aux comptes et le cabinet Delsol, F.Lapierre a conduit le rapprochement de GREP et GREP Intérim qui devrait être finalisé par une fusion des deux structures au 1er janvier 2016.

En prenant ses nouvelles fonctions François Lapierre, président de GREP Intérim depuis quelques années, a présenté les orientations qu’il souhaitait soumettre au C.A pour en débattre et permettre aux administrateurs de s’impliquer dans les domaines où ils se trouvent compétents, motivés et disponibles.

Il souhaite présider un C.A actif pour définir les réels besoins du GREP et pour s’interroger sur certaines de nos manières ou méthodes et définir une vision claire pour l’association.

Quelques exemples de domaines sur lesquels les administrateurs pourraient s’investir :

  • Développer des antennes
  • Développer le bénévolat
  • Rechercher de nouveaux modes de financements
  • Se faire connaître d’autres associations pour envisager un travail en commun
  • Trouver des Hommes relais au sein des grandes administrations et institutions.
  • S’interroger sur notre communication
  • Réfléchir à devenir un incubateur de nouvelles actions et entités
  • Impliquer des administrateurs auprès des antennes
  • Revoir le fonctionnement de la gouvernance

Le prochain C.A, le 24 septembre constituera une première étape.

 

A.G. 2015 un regard sur 2014…

« 2014 fut une année de mise en mouvement et de transition encore inachevée.

2015 verra les premiers effets de nos décisions. Nous sommes confiants dans nos points forts, nos axes de développement sont clairs et nos administrateurs sont engagés. Tous les ingrédients de la réussite sont présents. »

C’est par ses mots que Yves ROMEAS, notre président, a conclu le rapport moral, en ouverture de l’Assemblée Générale du 10/06 dernier, qui s’est tenue, c’était une première, à l’AGROPOLE dans la zone d’activité de Lyon-Gerland.

Le détail des actions et des profils des personnes reçues dans chacun des 3 points d’accueil à Lyon, St Etienne et Bourg en Bresse, consultable sur ce site rapport activite 2014

L’activité des permanents du GREP et de GREP Intérim ne baisse pas et la loi pénitentiaire d’aout 2014 ne peut que renforcer la place d’associations comme la notre qui accompagnent les personnes sortant de détention et/ou condamnées à des peines sans incarcération comme le préconise fortement cette loi.

Les objectifs sont très clairs; les moyens restent à trouver…

C’est dans ce sens que Yves ROMEAS a tracé quelques perspectives pour 2015, à savoir:

  • Finaliser les Axes stratégiques du GREP pour les 3 ans à venir
  • Finaliser les évolutions de nos relations entre l’association mère GREP et l’association GREPinterim afin de renforcer les synergies tant sur le plan de l’activité que du développement de projets
  • Finaliser notre modèle économique pour disposer des moyens nécessaires à notre développement
  • Prendre en compte les conséquences du changement du à la création de la Métropole Lyonnaise et la place du conseil régional sur le volet de la formation des condamnés
  • Comprendre quel sera le devenir des financements de l’ACSE FIPD, du FSE.
  • ….

A suivre !

Partage et soutien…

 Le GREP va souffler ses 30 bougies, un bel anniversaire pour notre association.

 

C’est grâce à votre participation et votre soutien des valeurs que nous partageons que plus de 850 personnes placées sous main de justice ont pu bénéficier cette année encore, de bilans diagnostic assurés par nos permanents et que plus de la moitié d’entre eux ont eu accès à l’emploi ou à une formation qualifiante leur permettant de ré intégrer une vie citoyenne.

Le bilan de notre travail d’accompagnement donne un résultat de taux de récidive bien plus encourageant que celui constaté lors de sorties sèches (8% vs 60%) c’est-à-dire ne bénéficiant pas, à la sortie de détention, d’un accueil et d’une assistance individuels et renforcés comme le propose le GREP.

        Le budget pour la réinsertion professionnelle d’un condamné qui redevient un citoyen productif grâce à l’intervention du GREP est de 1 300 euros par an, soit 3,5 euros par jour et ce financement est bien plus raisonnable et plus productif que les 90 euros par jour que coûte à la collectivité une personne incarcérée qui ne peut ni produire ni indemniser ses victimes. La durée moyenne de détention est de 5 mois pour un coût de 13500€ par détenu.

En 2014, 8 bénévoles ont animé…